Valorisation de l'abbaye Saint-Martial de Limoges

Quand on voit le travail effectué de mise en valeur de l'abbaye de Cluny, ne peut-on pas espérer un projet pertinent pour l'abbaye de Saint-Martial de Limoges !?

Alors que l'abbaye de Cluny est détruite à 95%, les outils numériques ont permis de mettre en place une véritable valorisation du patrimoine bâti. Cette muséographie de l'édifice et de la vie du monastère crée un véritable attrait pour l'histoire et le patrimoine.


Ce projet à venir pourrait se décliner à Limoges autour des fouilles archéologiques, des connaissances scientifiques, de l'histoire du pèlerinage à saint Marital, de la création en musique polyphonique et en poésie, les manuscrits, l'influence sur la production des émaux, l'architecture, la sculpture ...

En effet dans tous ces domaines, l'abbaye de Limoges a joué un rôle reconnu. Notre abbaye limousine mérite donc une valorisation de qualité et adaptée à son rayonnement culturel et artistique en Occident !


Les fouilles récentes ont révélé l'importance d'un chantier unique au début du XIème siècle pour une église dont le plan fera recette pour les grandes églises de pèlerinages comme Toulouse ou Compostelle.

L'histoire commune de Saint-Martial et Cluny portera l'abbaye de Limoges comme un lieu majeur de création musicale mêlant le latin à l'Occitan, les influences du monastère de Saint Gall et des abbayes normandes dans des inventions de musiques polyphoniques. On retrouvera vite ces influences dans les le grand quart des abbayes du sud ouest de la France, puis de Compostelle à Notre-Dame. Ce rayonnement musical correspond aussi à une recherche liturgique de grande importance pour relancer la renommée du sanctuaire de l'abbaye pour faire de Martial un apôtre reconnu en Occident. On en trouve des traces de Venise au Portugal ... Les autres sanctuaires feront de Saint-Martial une référence, Cluny consacrera la chapelle du transept sud au saint Limousin.

Les 200 manuscrits conservés du scriptorium de l'abbaye témoignent de la richesse du monastère, à la fois lieu de création et de production, et lieu de collection. Les moines dans leur travail font rayonner leur liturgie pour la renommée du pèlerinage dédié à leur saint en diffusant sa Vita dans tout l'Occident au coeur des autres abbayes. On trouve de nombreuses copies et échanges entre les monastères et les influences dans les enluminures mêlant l'approche ottonienne et mozarabe.


La production des émaux reste attachée fortement à l'histoire de l'abbaye de Limoges, les artisans répondent aux commandes des mécènes, et attachent souvent leurs pièces aux saint limousins, Martial, Valérie ... accompagnant en cela la renommée de ces saints en Occident. Aujourd'hui encore, les 12 000 pièces conservées dans les plus grands musées du monde bénéficient d'une reconnaissance internationale dans le monde de l'art et contribuent à l'image du Limousin.





Après les fouilles, gageons que la Ville de Limoges développe un projet d'envergure à la hauteur du potentiel touristique attendu par les limousins et des passionnés d'histoire internationaux.


Il y a une véritable attente et un vrai capital à développer pour que Limoges face revivre son patrimoine et son histoire dans un contexte international dès le XIème siècle.


Je reste disponible pour une collaboration dans le sens de ce projet !

Alain PETIT

Featured Posts