Les peintures romanes en Limousin

Prieuré Salles-Lavauguyon
Découvertes à partir de 1986, ces fresques font partie des plus belles de France. Leur thématique, les scènes qu’elles représentent et leur qualité générale, la richesse des couleurs utilisées, les rendent uniques en Europe.
Cinq bandeaux couvrant approximativement 80m² sur la face intérieure ouest présentent des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament, telles que la création d’Adam et Eve, la Nativité mais aussi des vices tels que l’avarice, la violence, la vanité et la luxure.
Collégiale de Saint-Junien
Elles sont pourtant l'un des rares exemples de peintures murales romanes dans une région où peu d'ensembles ont
subsisté, et montrent quel pouvait être le décor d'un des édifices majeurs de l'ancien diocèse de Limoges. Leur réalisation correspond à une série d'embellissements sous-tendus par un programme liturgique qui redéfini la fonction de la collégiale.L'image présente un bel exemple de cohérence et de hiérarchisation des thèmes représentés par une utilisation
concertée de la plastique.
Peintures de l'église de Boussac
Peintures du XIIème - Nativité
Eglise de Gargilesse
Eglise de Clairavaux
Calendrier des saisons
Eglise de Lubersac
Peintures du XIIIème
Crypte de la Cathédrale Limoges
Peintures du XIIème
Fresque du XIIIème de Paulhac
Commanderie templière - Calendrier des saisons
Eglise de Sainte Feyre
Peinture du Couvent des Carmes XIII
Elle ornait le dortoir du couvent des Grands Carmes de Limoges, fondé en 1264.
A droite, la Vierge est assise sur un banc rouge et jaune. Sa chevelure blonde se détache à l'avant d'un grand nimbe. De son bras droit, elle tient l'Enfant dont la main droite fait un geste de bénédiction. Sur la gauche est agenouillé un religieux tonsuré et barbu qui joint les mains. Derrière lui se tient un saint difficilement identifiable.
Show More

Peintures murales du XVème siècle :

Peintures murales du XVème - Felleti
Supplice de saint Laurent et partage du manteau de saint Martin
Peintures cathédrale de de Tulle
Ces peintures du XIVe siècle ornent la salle capitulaire de la cathédrale de Tulle. Mur nord de la 1ère travée : décor en deux registres comportant en haut l'Annonciation dans un cadre d'arcatures et en dessous l'Entrée à Jérusalem (une frise où s'aperçoit un paysan taillant un ceps de vigne sert de soubassement) ; mur nord de la 2e travée : seule la Cène dans un cadre d'arcatures est lisible sur le registre inférieur ; sur chaque voûtain figure un personnage parfois identifié par une insciption
Peintures de Lavaufranche du XIVème
Ancienne commanderie
Peintures Gimel les Casacades
Datées du XVème - La Trinité
Peintures murales du XIVème Solignac
Saint Christophe monumental
Peintures du XIVème église Glénic
Adam et Eve
Show More

Fresques et peintures

On a trop souvent considéré les peintures au sein des églises comme de bibles d'images pour tous les fidèles. La majeure partie de ces fidèles n'étaient pas, en effet, capable de décoder la grande part de ces peintures.

 

Ces témoignages de fresques et de peintures médiévales sont avant tout un "vêtement" liturgique qui habille les murs de l'édifice.  Le Limousin présente une diversité de créations artistiques qu'a pû connaître le Moyen Age.

 

Le prieuré de Salles de Lavauguyon est un trésor du XIIème siècle incontournable, reconnu par tous les historiens de l'art.

1/9

Peintures romanes des Salles-Lavauguyon

D'autres trésors, entre le XIIème et le XVème siècle, permettent une découverte des différents thèmes d'illustration que l'on retrouve aussi dans les enluminures des manuscrits.

 

Certains artistes sont identifiés comme illustrateurs de manuscrit et peintres de fresque romane, en témoigne les peintures de la crypte de la cathédrale romane de Limoges et le Sacramentaire de la même cathédrale..

Les techniques (a fresco et semi fresco)

 

La peinture est apposée sur deux enduits de chaux encore humides (a fresco). Cette technique permet une longue conservation des décors, car les pigments se lient à l'enduit quand il sèche. Celui-ci est appliqué chaque jour en fonction de l'avancée du travail. L'artiste doit donc peindre rapidement en commençant par les esquisses, puis les aplats de couleurs et en terminant par les rehauts. Quand les derniers traits de couleurs sont posés, l'enduit est souvent sec, ils sont donc généralement moins bien conservés. Quand l'enduit est ré-humidifié avant de peindre, la technique est dite à semi fresco.

Pour plus d'info ...

Peintures romanes de la collégiale de Saint-Junien

 
  • facebook-square
  • flickr-square
  • Twitter Square