Les peintures romanes en Limousin

Peintures murales du XVème siècle :

Fresques et peintures

1/9

On a trop souvent considéré les peintures au sein des églises comme de bibles d'images pour tous les fidèles. La majeure partie de ces fidèles n'étaient pas, en effet, capable de décoder la grande part de ces peintures.

 

Ces témoignages de fresques et de peintures médiévales sont avant tout un "vêtement" liturgique qui habille les murs de l'édifice.  Le Limousin présente une diversité de créations artistiques qu'a pû connaître le Moyen Age.

 

Le prieuré de Salles de Lavauguyon est un trésor du XIIème siècle incontournable, reconnu par tous les historiens de l'art.

Peintures romanes des Salles-Lavauguyon

D'autres trésors, entre le XIIème et le XVème siècle, permettent une découverte des différents thèmes d'illustration que l'on retrouve aussi dans les enluminures des manuscrits.

 

Certains artistes sont identifiés comme illustrateurs de manuscrit et peintres de fresque romane, en témoigne les peintures de la crypte de la cathédrale romane de Limoges et le Sacramentaire de la même cathédrale..

Les techniques (a fresco et semi fresco)

 

La peinture est apposée sur deux enduits de chaux encore humides (a fresco). Cette technique permet une longue conservation des décors, car les pigments se lient à l'enduit quand il sèche. Celui-ci est appliqué chaque jour en fonction de l'avancée du travail. L'artiste doit donc peindre rapidement en commençant par les esquisses, puis les aplats de couleurs et en terminant par les rehauts. Quand les derniers traits de couleurs sont posés, l'enduit est souvent sec, ils sont donc généralement moins bien conservés. Quand l'enduit est ré-humidifié avant de peindre, la technique est dite à semi fresco.

Peintures romanes de la collégiale de Saint-Junien