Plats de reliures émaillés

Les plats de reliure ornaient les livres liturgiques. Ils jouaient à la fois un rôle de protection du manuscrit et un rôle d'ornementation de prestige. Les livres sont effet, pendant tout le Moyen Age, une richesse incontournable faisant partie des inventaires de trésors des grandes abbayes ou cathédrales.

 

Certaines de ces "couvertures" ont été préservées, mais le plus souvent détachées du manuscrit d'origine, pour être vendues. Les ateliers d'émaux de Limoges n'ont pas manqué à partir de la fin du XIIème siècle, dans leur grande production, de créer certaines pièces aujourd'hui si bien conservées.

 

La composition des plats de reliures

 

Ces plats de reliures se composent d'une plaque centrale rectangulaire émaillée, entourée d'un bandeau en biseau le plus souvent en métal repoussé, puis d'un encadrement formé de plaques émaillées ajustées les unes aux autres. La plaque centrale, protégée par sa position en creux, est ornée de figures d'applique en relief. Les plats, conçus par paire, sont décorés l'un de la Crucifixion, l'autre du Christ en majesté.

 

Les livres liturgiques étaient généralement pourvus de riches reliures consituées de deux plats ornés de plaques d'ivoire ou d'orfèvrerie. Les nombreuses plaques de reliure exécutées par les orfèvres limousins semblaient plutôt orner des évangéliaires dont traditionnellement le plat supérieur représente le Christ crucifié et le plat inférieur le Christ en majesté. Le Christ en croix est souvent entouré de la Vierge et de saint Jean, les bras de la croix sont surmontés de la personnification du soleil et de la lune ou, dans certains cas, de deux figures d'anges.

 

La représentation d'Adam, sortant du tombeau, réduite parfois à un simple crâne, est placée à la base de la croix, évoquant ainsi la résurrection des morts. Le Christ en majesté, assis sur l'arc en ciel selon la vision de l'Apocalypse, s'inscrit généralement dans une mandorle cantonnée des symboles des quatre évangélistes. Le style des plaques de reliure suit l'évolution générale des émaux limousins à la fin du XIIème siècle et au XIIIème siècle.

 

(Source - Les émaux de Limoges au Moyen Age / Dossier de l'Art)

Pour plus d'info ...

Plat de reliures en émaux de Limoges du XIIème siècle - Eglise Saint-Nectaire

Show More
 
  • facebook-square
  • flickr-square
  • Twitter Square