Cryptes et églises souterraines

La crypte peut être le lieu de sépulture historique du saint sur laquelle s'est bâti l'édifice permettant l'accueil des pèlerins. C'est l'exemple de la crypte de l'abbaye de Saint-Martial de Limoges qui fait même office d'église basse, dans laquelle se déroulent les cérémonies liturgiques. A partir de cette crypte qui naît dans une nécropole du IVème siècle, on voit se construire une suite d'édifices qui se surajoutent.

 

À l’issue de cet inventaire, 13 édifices religieux ont été dénombrés sur le territoire limousin. Le département de la Corrèze ne possède qu’une seule crypte, celle de l’abbatiale Saint-Pierre d’Uzerche. Même si la crypte de Laguenne a été à plusieurs reprises mentionnée dans la littérature corrézienne et creusoise, il est difficile d’appuyer sa réelle existence de par sa situation topographique et de la nette surélévation du niveau du sol autour de l’édifice religieux. Le territoire creusois est, lui, doté de 6 cryptes : Saint-Silvain d’Ahun, Alleyrat, Notre-Dame de La Souterraine, Maisonnisses, Saint-Quentin-la-Chabanne et Soubrebost.

 

Les édifices religieux concernés en Haute-Vienne sont également au nombre de 6 : l’église prieurale Saint-Thyrse de Châteauponsac, la collégiale Saint-Pierre du Dorat, la cathédrale Saint-Etienne à Limoges, la chapelle Saint-Guignefort et Sainte-Madeleine à Saint-Junien, l’église de Saint-Martial-sur-Isop et l’abbatiale Saint-Pierre de Solignac, tout en écartant la « crypte » Saint-Cessateur à Limoges, dont l’église a aujourd’hui disparu.

 

La crypte et sa fonction

 

La crypte peut être construite dans un but de nivellation du terrain. En effet quand la pente du terrain est trop importante, l'édification d'une crypte permet une mise à niveau. Les bâtisseurs de la collégiale du Dorat et de l'abbaye de Solignac ont employé par exemple cette méthode.

 

Les pèlerins n'ont pas toujours la permission d'accéder à la crypte lors des jours ordinaires, mais ils peuvent souvent voir le tombeau du saint à partir de petites fenêtres depuis le choeur de l'église. Parfois, comme à l'abbaye de Saint-Martial, les pèlerins font la demande au gardien du sépulcre pour se rendre et toucher le tombeau du saint.

 

Toutes les cryptes n'ont pas un accès direct par l'église.