Art et Architecture

Tombeau Etienne Aubazine
Tombeau Etienne Aubazine

Tombeau Etienne d'Obazine en calcaire

press to zoom
Abbaye de Beaulieu sur Dordogne
Abbaye de Beaulieu sur Dordogne

Abbaye romane de Beaulieu sur Dordogne

press to zoom
Abbaye Chalard
Abbaye Chalard

press to zoom
Tombeau Etienne Aubazine
Tombeau Etienne Aubazine

Tombeau Etienne d'Obazine en calcaire

press to zoom
1/20

Terre reculée aujourd'hui, le Limousin est au Moyen Age au coeur des influences du nord et du sud, et manifeste ses propres inventions artistiques. Le Limousin en conserve de nombreux témoignages bâtis de l'âge roman. Ces véritables trésors reflètent, dans leur architecture,  leur décor sculpté et leurs peintures, la variété des créations des foyers de bâtisseurs.

 

L'utilisation du granit, du calcaire, du grès, de la roche de brèche (issue de météorite), du marbre ou de la serpentine, ont nourri le savoir-faire des sculpteurs pour reproduire les thèmes profanes et sacrés. Nous vous invitons à découvrir véritablement les spécificités propres à l'âge roman en Limousin et à appréhender leur diversité.

Le LImousin medieval dans l'histoire de l'art

 

Si au XIXème siècle les historiens de l'art roman ont quelque peu "oublié" le Limousin sans lui attacher de véritable "Ecole régionale" comme il était de coutume. Aujourd'hui une approche nouvelle du patrimoine révèle bien au contraire le foisonnement des nombreuses créations artistiques et inventions techniques propres aux différents foyers de sculpteurs et de bâtisseurs ayant oeuvré en Limousin (le diocèse de Limoges au Moyen Age).

 

En effet, contrairement aux historiens du XIXème siècle attachés à défendre un certain régionalisme, les bâtisseurs du Moyen Age et les commanditaires n'ont pas eu cette revendication dans des territoires bien différents que la carte de France du XIXème siècle.

 

Chaque commanditaire avait pour objectif la mise en valeur de son sanctuaire et pour cette promotion utilisait les modes techniques en vigueur à l'époque. Il faut donc nous retirer de l'esprit ces grandes Ecoles régionales encore trop souvent citées dans des guides qui s'attachent à une vision régionaliste très restreinte. Au Moyen Age, les bâtisseurs circulent, les recherches et inventions techniques fleurissent dans différents foyers de construction dans les royaumes. De toute part on est influencé par ces découvertes architecturales, et les édifices limousins bénéficieront eux aussi de ces recherches et subiront quelque peu les effets de mode. Les bâtisseurs et les maîtres architectes n'ont pas vraiment de limite géographique.

 

 

Collégiale Le Dorat

Mouluration limousine et chapiteaux en serpentine

à la collégiale du Dorat

Prieuré Saint Robert

Déambulatoire du XIIème siècle du prieuré de Saint-Robert

Abbaye de Vigeois

Chapiteau en calcaire à l'abbaye de Vigeois

présentation du Jésus au Temple

Gargilesse église
Chapelle Glény

Des spécificités régionales ?

 

Il en découlera quelques spécificités architecturales propres à certains foyers ayant oeuvré dans le diocèse de Limoges, même si des édifices limitrophes verront parfois eux-aussi naître des caractéristiques semblables du fait des influences. On peut citer à titre d'exemple le clocher à gâbles, le portail à voussure"limousine", la baie "limousine" ...

 

De plus ces inventions architecturales ne sont pas figées, elles évoluent dans le temps et suivant des modes et progrès techniques. Certaines créations architecturales seront loin de respecter aussi les classifications arbitraires du passage de l'époque "romane" à l'époque "gothique". Là aussi de nombreux cas en Limousin permettent de reconsidérer ce découpage hérité des historiens du XIXème pour laisser place à une meilleure compréhension des évolutions techniques et des choix artistiques propres à certains foyers de sculpteurs et de bâtisseurs.

Châteaux de Curemonte

Village "aux trois châteaux" de Curemonte

Eglise de Lagraulière