Uc de la Bacalaria was a Limousin troubadour from La Bachellerie near Uzerche, the home town of Gaucelm Faidit. According to his vida, he was a jongleur who travelled infrequently and was hardly known. He composed cansos, tensos, one alba, and one descort. Six songs are surviving: one canso, one alba, and four tensos (three partimens and one torneyamen). According the vida, he was courtly, capable, and learned.

Uc participated in a three-way torneyamen with Savaric de Malleo and Gaucelm Faidit. Savaric posed the dilemma: if a lady with three suitors gazes into the eyes of one, squeezes the hand of the other, and nudges the foot of the third, to whom did she show the truest affection? Uc's answer is that the suitor whose hand was grasped was her true love, for a lady's gaze can rest on anything. Uc wrote another partimen with Gaucelm and two others with Bertran de Sant Felitz.

Uc also wrote an erotic alba, Per grazir la bon' estrena, in which, like his contemporary Guiraut Riquier, he desires the dawn to arrive, in contrast to earlier troubadours, who always dreaded the dawn and the jealous husband. Both troubadours appear to have wished to revived the genre and Uc explicitly writes that vuelh far alb' ab son novelh: "I want to make an alba with a new sound."

Uc's only canso was Ses totz enjans e ses fals'entendensa.

Pour plus d'info ...

Uc de la Bacalaria était un Limousin troubadour de La Bachellerie près d'Uzerche, la ville natale de Gaucelm Faidit. Selon son vida, il était un jongleur qui a voyagé rarement et était connu à peine. Il a composé cansos, tensos, un alba et un descort. Six chansons survivent : un canso, un alba et quatre tensos (trois partimens et un torneyamen). Selon le vida, il était élégant, capable et a appris.

Uc a participé à torneyamen de trois voies avec Savaric de Malleo et Gaucelm Faidit.  Savaric a posé le dilemme : si une dame avec trois prétendants contemple les yeux d'un, serre la main de l'autre et pousse le pied du coude du troisième, à qui a-t-elle montré la plus vraie affection ?  la réponse d'Uc est que le prétendant dont la main a été empoignée était son vrai amour, car le regard d'une dame peut reposer sur n'importe quoi.  Uc a écrit un autre partimen avec Gaucelm et deux d'autres avec Bertran de Sant Felitz.

Uc a écrit aussi alba érotique, Par grazir la bon' estrena, dans lequel, comme son Guiraut contemporain Riquier, il désire que l'aube arrive, à la différence de plus premiers troubadours, qui redoutaient toujours l'aube et le mari jaloux. Les deux troubadours ont l'air d'avoir voulu réanimer le genre et Uc écrit explicitement que vuelh loin alb' ab le fils novelh : "Je veux faire un alba avec un nouveau son."

Le seul canso d'Uc était Ses totz enjans e ses fals'entendensa.

Uc de la Bacalaria

  • facebook-square
  • flickr-square
  • Twitter Square