Calligraphe Jörg Moniez

Calligraphie et enlumineur

De formation en histoire de l'art à l'université d'Aix en Provence Jörg Moniez, basé à Beaulieu-sur-Dordogne,  s'inscrit dans l'art de l'enluminure et de la calligraphie. Pris de passion pour la création et la transmission, Jörg anime des stages tout au long de l'année et intervient sur les fêtes médiévales.

 

Cette transmission de connaissances autour des métiers de l’écriture du Haut Moyen-Âge au Bas Moyen-Âge (VIème-XVème siècles) rappellent ce que sont les parcheminiers, scribes et enlumineurs. L'occasion de voyager dans une exposition  « Du parchemin à l’enluminure » : 

  • de supports utilisés par les copistes du Moyen-Âge (papyrus, tablette de cire, parchemin) 

  • de fioles de pigments et de préparations pour la confection de peinture & d’encre

  • d’outils et de liants pour la pose de l’or et l’élaboration de détrempe médiévale

  • d’outils d’écriture : calames (roseau), plumes (oie, cygne, aigle…), stylets en fonction des époques 

  • de manuscrits calligraphiés mettant en exergue les différents alphabets de l’Antiquité tardive au Bas Moyen-Âge 

  •  de réalisations enluminées selon les techniques médiévales montrant les différents styles 

La calligraphie est une recherche de l'harmonie, non seulement dans l'art de former de belles lettres, mais aussi dans son exécution. L'idéal du calligraphe est de se laisser porter par le mouvement de la vie qui l'anime.

 

Pleinement conscient de ce qu'il exécute, le calligraphe est dans l'observation de lui-même. La calligraphie devient une connaissance de soi-même dans la mesure où le calligraphe prend conscience des pensées qui l'éloignent de son travail.La calligraphie, exigeant un haut degré de concentration, s'apparente à une pratique méditative ou contemplative puisque le calligraphe s'efforce de rester dans une attitude humble et absorbée, c'est-à-dire sans pensée. On peut dire que la calligraphie est un art martial, puisqu'elle tend à combattre les dissipations du mental.

 

Une fois la lettre mémorisée et le tracé maîtrisé, le calligraphe éprouve un plaisir d'écrire et s'installe dans une concentration spontanée, il est dans l'ici et le maintenant. Cette attitude dépourvue d'ego engendre un état de sérénité. La calligraphie, comme l'enluminure, devient un agréable support créatif et esthétique vers cet état de tranquillité.

 

L'enluminure est l'art de décorer, d'illuminer une lettre, une page... par l'application de couleur et d'or. Elle accompagne et enrichit la calligraphie. Par son souci du détail et de la précision, elle exige aussi patience et attention et procure également joie et quiétude.

 

Il est évident qu'une telle harmonie entre l'être et le faire, l'intérieur et l'extérieur, le repos et le mouvement, l'artisan et son action est rarement rencontrée. Les scribes du Moyen-Âge rappellent qu'ils étaient souvent la proie d'un petit diable qu'ils nommaient Titivillus et dont l'espièglerie égarait leur esprit en leur faisant sauter une lettre ou une ligne ; les empêchait tout simplement de rester dans une vigilance constante. On raconte que ce petit démon sévit toujours...

 

Pour plus d'info ...

  • facebook-square
  • flickr-square
  • Twitter Square