Châsse sainte Catherine de Noailles

Du XIIIème siècle, cette châsse de sainte sainte Catherine de l'église de Noailles de l'Oeuvre de Limoges est, au registre inférieur, présentée en deux épisodes le martyre de sainte Catherine, comme sur la plaque du musée de Limoges. Gardée par un soldat brandissant une épée, elle est condamnée à mort par l'empereur Maximin . A droite, elle subit le supplice : quatre roues munies de lames, actionnées par les bourreaux, lacèrent son corps placé au milieu. Mais un ange armé d'un glaive vient interrompre le supplice.

 

La scène du registre supérieur est plus difficilement identifiable : quatre moines écoutent le prêche d'un abbé qui tourne le dos à un monastère dressé sur une colline. Il pourrait s'agir d'un miracle qui eut lieu après la mort de la sainte. Un moine qui était allé faire retraite au monastère Sainte-Catherine-du-Sinaï, lieu d'inhumation de la sainte, aurait reçu d'elle la phalange d'un de ses doigts. La scène le montrerait à son retour, accueilli par ses frères.


Les figures élancées mais assez sommairement silhouettées et gravées sont mises en réserve sur une palette d'émaux limitée.


Au revers, subsiste notamment la plaque du toit portant un Christ bénissant entouré d'anges en médaillons.

 

(Source - Emaux Limousins du Moyen Age / Images du Patrimoine)