Les villes au Moyen Age

La ville de Limoges s'est établie sur le site d'Augustoritum chef-lieu de la cité romaine de Limovices, elle offrait depuis les environs de l'an mil trois pôles fortifiés : la cité épiscopale de Saint-Etienne, héritière la ville antique, le château et l'abbaye de Saint-Martial et le château à motte du vicomte de Limoges.

 

A la faveur de la poussée démographique, du développement des villes et du rôle croissant qu'y joue la bourgeoisie, aux XIIème et XIIIème siècles, Limoges voit son visage se modifier profondément, : d'importantes zones de peuplement se créent autour du château de Saint-Martial et du château du Vicomte, à partir 1212 les bourgeois obtiennent de l'abbé, seigneur et propriétaire des lieux, qu'une grande enceinte soit édifiée pour protéger la nouvelle aglomération. Haute de 12 mètres et longue de 2 000 mètres, aujourd'hui disparue, l'enceinte du château faisait face à l'est aux murailles de la vieille ville épiscopale, dominée par le clocher de la cathédrale Saint-Etienne.

Enfin, extra muros, le long des axes de passage entre les deux villes, s'étaient multipliés les faubourgs actifs de commerçants et d'artisans. Deux importantes abbayes bénédictines étaient aussi établies hors des mûrs : Saint-Martin et son Bourg, Saint-Augustin, lieu de sépulture traditionnel des évêques.

 

A l'origine le château de Saint-Martial ene comprenait que l'abbaye et ses dépendances immédiates. Fondée en 848, abritant le tombeau du premier évangélisateur du Limousin, Martial. L'abbaye une occupait une place prestigieuse parmi les grands sanctuaires d'Occident. Elle était devenue à partir de 1062 une importante abbaye sous obédience clunisienne, au coeur  du tissu de relation du monde chrétien, elle a joué incontestablement un rôle majeur dans l'essor de l'émaillerie et de la musique .

Saint-Léonard de Noblat