Compostelle : quand les touristes sont menés en bateau ?

Quand le tourisme mène à mal l'histoire et les connaissances scientifiques. Dans notre Région comme dans d'autres lieux, le tourisme "surf" sur les clichés et les erreurs historiques.



Voilà du "Compostelle" mis à toutes les sauces laissant penser aux randonneurs pèlerins qu'ils marchent sur des chemins "mythiques" voir historiques. Le Codex Calixtinus serait la Bible des jacquaires, 4 voies mèneraient depuis toujours les pèlerins au sanctuaire galicien ...



C'est un peu triste de réduire ce pèlerinage et son histoire à des choses erronées ! On peut marcher et faire l'expérience du chemin de Saint-Jacques en marchant intelligemment !? Non le cinquième livre du Codex Calixtinus n'a jamais été un "guide" pour les pèlerins, non il n'y a jamais eu 4 chemins en France )! D'une part les pèlerins prenaient les itinéraires comme les autres et en Limousin par exemple, ils suivaient l'itinéraire Paris/Toulouse aujourd'hui l'A20 qui sera nommé Itinéraire de Bruges au XIVème siècle. D'autre part ce cinquième Livre du Codex Calixtinus a été une commende du chapitre de la cathédrale et n'avait pas pour but d'être diffusé, on en connaît aujourd'hui moins de dix copies incomplètes pour la plupart. Le nom donné à ces voies ne sont repris dans aucun texte ... Aucune mention historique fait état de regroupement de pèlerins pour la Galice dans les villes du Puy-en Velay ou de Vézelay par exemple. Ces villes sont avant tout des sanctuaires de pèlerinage majeurs au XIIème siècle plus ou moins concurrents à Compostelle, les citer permet de minimiser leur place comme secondaire à Compostelle tout en bénéficiant de leur renommée. Bien évidemment le contexte médiéval est plus complexe qu'une vision très simpliste véhiculée aujourd'hui !



Non le classement à l'Unesco de certains édifices de notre Région ne justifie en rien le passage avéré de pèlerins pour Compostelle ! Difficile de faire avancer les choses dans le bon sens, le poids économique est trop lourd et les enjeux touristiques sont trop importants. Si il est important de se laisser bercer par les mythes et les légendes lors de nos visites et promenades tourisitques, on ne peut tromper le visiteur volontairement en lui imposant des erreurs historiques.


Dommage un fois de plus de ne pas faire dialoguer les acteurs du tourisme et les chercheurs scientifiques !


https://www.nouvelle-aquitaine-tourisme.com/fr/cote-atlantique/toutes-les-voies-menent-a-compostelle

Featured Posts