La renommée des émaux limousins

Si la renommée internationale des émaux médiévaux limousins n'est plus à faire, les musées dans le monde entier continuent leurs acquisitions .... Cela témoigne de l'importance avérée de ces oeuvres dans l'histoire de l'art. Cette production conséquente avec plus de 120 000 pièces, et dans la durée entre le XIIème et XIVème siècles démontre la mise en place d'ateliers productifs et de réseaux de diffusion dans tout l'Occident.


Nouvelle acquisition par le Musée de Cluny à Paris - Musée du Moyen Age ... ce médaillon fait partie d’un ensemble de quatre pièces conservées au musée de Cluny. Toutes figurent des scènes de l’Ancien Testament, la Création de l’homme, la Grappe de la Terre promise et le Rocher d’Horeb.

Peut-être étaient-ils autrefois fixés sur un coffret eucharistique ou sur un tabernacle, tel celui de Cherves (Limoges, vers 1220-1230), conservé au Metropolitan Museum of Art, à New York.



L’iconographie et la présence des inscriptions, très rares dans l’Œuvre de Limoges, rapprochent fortement ces médaillons de l’art mosan, rhénan et du nord de la France, et témoignent des emprunts des ateliers limousins à la tradition artistique septentrionale.


Ce médaillon d’applique circulaire, autrefois fixé sur un objet, représente l’épisode du serpent d’airain relaté dans le quatrième livre de la Bible, le livre des Nombres (21, 6-9).

Yahvé, excédé par les récriminations des Hébreux, a lâché parmi eux des serpents venimeux. Sur les conseils de Yahvé, Moïse a façonné un serpent d’airain qui, juché au sommet d’une hampe, sauvera ceux qui le regardent. Sur la bordure est gravée une inscription expliquant la scène représentée : ENEVS.IN LIGNO.STAT.SERPENS.VULNERA SANAT ("Un serpent d’airain se dresse sur un arbre et guérit les blessures").


La suite sur https://www.musee-moyenage.fr/.../medaillon-ajoure.html



Revenons aussi sur cette belle acquisition du Musée de Cluny , cette croix, belle réalisation des ateliers d’émailleurs limousins. Ce Christ d’applique en cuivre repoussé, fixé sur une croix, est un Christ triomphant (corps droit, yeux ouverts). Couronné et vêtu d’habits liturgiques(dalmatique bleue sur tunique à pois rouges), il est à la fois roi et prêtre.


Ce type de Christ habillé est rare parmi les Christs limousins, qui portent souvent un simple linge autour des reins. Des inscriptions au revers de la croix précisent l’histoire de l’œuvre au 19e siècle. Vers 1200-1215.


La suite sur https://www.musee-moyenage.fr/collection/oeuvre/christ-en-croix.html

Featured Posts
Recent Posts